La vie en crise

La vie du métropole: beaucoup de personnes dans les espaces serrés où chacune vie côte à côte isolée et en grande solitude.

La vie de banlieue: les grandes espaces pour mieux enchainer ses pas, pour mieux faire des rencontres. L’isolation et la solitude y dominent malgré tout.


Chacun ses dilemmes. Chacune son poids à porter par ici ou par là. Les restrictions sociales. La distanciation.

Que les rayons de soleil percent très vite (et une fois pour tout) les nuages de circonstances.

Que les beaux jours casent la porte d’isolement définitivement pour que nous vivions un temps féerique sans fin.


Discover more from Les absurdités de la vie

Subscribe to get the latest posts to your email.

Leave a Reply

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Back to Top

Discover more from Les absurdités de la vie

Subscribe now to keep reading and get access to the full archive.

Continue reading